A l’issue de vos nombreux votes, le onze de rêve de l’OM des années 1980 à 2020 a été désigné. Découvrez les résultats et les élus poste par poste dans une dream team qui sent bon la nostalgie des grandes années olympiennes.

Lors de ce type de consultations, les fans du ballon rond sont fréquemment qualifiés d’avoir une courte mémoire footballistique, occultant souvent les glorieux acteurs du passés au profit de leurs successeurs du présent.
Ce n’est pas le cas à l’issue de ce vote qui a démontré que peu de connaisseurs ou de supporters n’ont oublié les années de domination de l’OM sur la scène hexagonale et européenne. 10 des 11 titulaires retenus ont en effet porté les couleurs marseillaises au début des années 90. Et si c’est l’équipe de 1993 qui remporta la C1, c’est celle de la finale de 1991 qui compte le plus de joueurs retenus (7 au total) dans votre onze type.

Equipe de rêve de l'OM : l’équipe de 1991 avait marqué les esprits en éliminant le grand Milan AC en quart de finale, avant de s'incliner en finale face à l'Etoile Rouge de Belgrade
L’équipe de l’OM de 1991 avait marqué les esprits en éliminant le grand Milan AC en quart de finale, avant de s’incliner en finale face à l’Etoile Rouge de Belgrade

Barthez avec la défense de la finale de 91

Dans les buts, c’est l’Ariégeois Fabien Barthez qui est arrivé largement en tête des suffrages. Recruté après une performance majuscule avec le TFC contre l’OM en février 1992, le divin chauve repoussa très rapidement la concurrence de Pascal Olmeta pour s’imposer dans les cages olympiennes. Ses arrêts devant Massaro, Van Basten ou Rijkaard lors de la finale de C1 contre Milan restent dans toutes les mémoires marseillaises.

L’offensif Manuel Amoros a été désigné par les votants pour couvrir le flanc droit de l’arrière-garde. Transfuge de l’AS Monaco en 1989, l’international français aux 82 sélections brilla aussi bien à la droite qu’à la gauche de la défense phocéenne. Et s’il fut le héros malheureux de la finale de Bari perdue contre l’Etoile Rouge en ne convertissant pas son tir au but, ce sont sa classe et son aisance technique qui perdurent dans les esprits olympiens.

De l’autre côté de la défense, c’est le tonique Eric Di Meco qui a été retenu. Formé au club au poste d’attaquant, le minot fut replacé avec succès au poste de latéral où son engagement fit merveille et rassura ses partenaires lors des grandes affiches européennes ou lors des duels homériques avec le PSG.

Enfin au cœur de l’arrière-garde, c’est la paire Basile BoliCarlos Mozer qui a recueilli la majorité des votes. L’ancien Auxerrois fut un des principaux protagonistes des années d’or de l’OM au début des années 90, signant le but du sacre européen à Munich. Son association avec Mozer marqua les esprits et quelques tibias des attaquants adverses…
Le Brésilien, arrivé du Benfica en 1989, était peut-être le plus craint du tandem tant ses interventions ne se faisaient jamais à vide. Mais une grande équipe avait besoin d’un tel roc et l’international auriverde symbolisa parfaitement la grinta marseillaise de l’époque.

Les artistes Waddle et Pelé, et les tauliers Deschamps et Sauzée

Dans l’entrejeu, les tauliers du début des années 90 Didier Deschamps et Franck Sauzée ont été logiquement retenus. L’ancien Nantais, d’abord barré par la concurrence des Tigana, Pardo et Germain, finit par faire son trou au sein du milieu de terrain et restera pour toujours le capitaine qui a brandi la coupe aux grandes oreilles au Stade Olympique de Munich en mai 1993.
DD est accompagné par l’Ardéchois Sauzée, une des plus belles frappes de balle de la Division 1 au tournant des années 80 et 90. C’est d’ailleurs grâce à une de ses pralines que l’OM décrocha son 1er titre de champion de France de l’ère Tapie en 1989 face au PSG de Tomislav Ivic.

Pour mener le jeu de cette équipe de rêve, vous avez confié les rênes aux deux artistes de l’âge d’or marseillais.
Arrivé dans un relatif anonymat malgré les 45 millions de francs déboursés par Tapie, Chris Waddle fit rapidement l’unanimité parmi les supporters marseillais. Passeur attitré du canonnier JPP pendant trois saisons, “Magic Chris” dérouta les défenseurs de l’Hexagone par ses dribbles et son pied gauche chirurgical, et régala les suiveurs de la D1 par sa jovialité et ses facéties.

Equipe de rêve de l'OM : Chris Waddle fut l'un des grands artisans des titres marseillais du début des années 90
Chris Waddle fut l’un des grands artisans des titres marseillais du début des années 90

Le triple Ballon d’Or africain Abedi Pelé fait logiquement la paire avec le truculent british. Après deux années de prêt à Lille, l’international ghanéen devint incontournable dans le onze marseillais sous la conduite du sorcier Raymond Goethals. Passeur décisif en finale de la C1 contre Milan, deux des ses fils firent ensuite le bonheur des rangs phocéens : André et Jordan Ayew.

Les dynamiteurs JPP et Drogba

Enfin en attaque, on retrouve deux des plus grands chouchous du Vélodrome pour une association rêvée. Deuxième buteur le plus prolifique de l’histoire de l’OM (185 réalisations en 244 matches), Jean-Pierre Papin fut la première recrue marquante de l’ère Tapie. Inconnu en France à son arrivée en provenance de Bruges, JPP alla terroriser pendant six saisons les portiers français et européens par son efficacité clinique et spectaculaire, illustrée par ses fameuses Papinades. Ballon d’Or en 1991, le capitaine au bandana assista au triomphe européen marseillais sous les couleurs milanaises vaincues, qu’il avait rejointes à l’intersaison précédente.

JPP est accompagné en pointe par Didier Drogba, auteur d’une seule saison sous la tunique marseillaise (2003-2004), mais quelle saison ! Transfuge de Guingamp, l’étincelant attaquant ivoirien est devenu en quelques mois l’idole de tout le Stade Vélodrome, portant les siens jusqu’en finale de la Coupe UEFA, perdue face à Valence. Transféré dès l’été suivant à Chelsea, son retour sur la Canebière fut à de maintes reprises évoqué, rêvé mais jamais concrétisé.

Le 11 de rêve de l’OM des années 1980-2020

Barthez Amoros, Boli, Mozer, Di MecoDeschamps, SauzéeWaddle, PeléPapin, Drogba

Remplaçants (choix de la rédaction) : Mandanda, Angloma, Heinze, Blanc, Luiz Gustavo, Ribéry, Niang, Boksic

Le détail des votes

Gardien :

1.Fabien Barthez69.8%
2.Steve Mandanda23.1%
3.Pascal Olmeta4.7%
4.Andreas Kopke1.9%
5.Gaëtan Huard0.6%

Arrière droit :

1.Manuel Amoros55.1%
2.Jocelyn Angloma20.9%
3.Habib Beye12.5%
4.Cesar Azpilicueta11.5%

Arrière gauche :

1.Eric Di Meco65.7%
2.Gabriel Heinze18.7%
3.Taye Taiwo11.8%
4.William Gallas3.7%

Défenseurs centraux :

1.Basile Boli71.3%
2.Carlos Mozer42.7%
3.Laurent Blanc40.5%
4.Marcel Desailly23.7%
5.Daniel Van Buyten9.7%
6.Souleymane Diawara5.9%
7.Karl-Heinz Forster4.7%
8.Bernard Casoni1.6%

Milieux défensifs :

1.Didier Deschamps91.3%
2.Franck Sauzée49.8%
3.Lorik Cana22.7%
4.Luiz Gustavo18.7%
5.Benoît Cheyrou9.3%
6.Bruno Germain4.0%
7.Morgan Sanson3.7%
8.Eric Roy0.3%

Milieux offensifs :

1.Chris Waddle68.8%
2.Abedi Pelé48.6%
3.Franck Ribéry35.8%
4.Dimitri Payet14.6%
5.Lucho Gonzalez13.1%
6.Mathieu Valbuena7.5%
7.Florian Thauvin7.2%
8.Samir Nasri4.4%

Attaquants :

1.Jean-Pierre Papin82.6%
2.Didier Drogba59.2%
3.Mamadou Niang14.0%
4.André-Pierre Gignac 12.1%
5.Rudi Voller11.8%
6.Alen Boksic9.7%
7.Fabrizio Ravanelli8.7%
8.Tony Cascarino1.9%