L’auto-proclamé “meilleur championnat du monde” reprend ses droits ce week-end après une intersaison marquée, encore une fois, par une tournée estivale sans gloire du XV tricolore. De Clermont qui gagne, à Picamoles qui revient, en passant par Galthié, Toulouse, Laporte et Altrad, voici les 9 bonnes raisons de suivre cette nouvelle saison de Top 14 (désolé on n’est pas arrivé à 14, ni à 10 d’ailleurs !)

Parce que Clermont ne perd plus en finale :

L’ex-maudit des finales a rompu la malédiction au printemps dernier et pourrait être lancé sur une autoroute à trophées. Clairement le meilleur effectif du lot, la jeunesse la plus prometteuse (Penaud, Iturria, Cancoriet, Raka), et qui plus est le meilleur public (maintenant que Bayonne a retrouvé son voisin biarrot à l’échelon inférieur). La grosse cylindrée de notre championnat mais devra surmonter la pression !

Parce que Galthié ne consulte plus, il officie :

Le consultant vedette de France 2 et de Capgemini reprend du service sur la rade toulonnaise, et on ne va pas s’en plaindre ! Les équipes de l’ex-capitaine tricolore ont l’habitude d’envoyer du jeu, et rien que pour ça on est prêt à en oublier le peu d’entrain qu’il manifeste à commenter les matches du XV de France tant qu’il n’en sera pas le sélectionneur. Aura toutefois à sa disposition l’effectif du RCT le moins talentueux de ces dernières années.

Parce que le LOU fait peur :

Lentement mais sûrement la capitale des Gaules est en train de devenir une place qui compte dans le paysage rugbystique hexagonal. Un groupe expérimenté (Armitage, Puricelli, Van der Merwe), un recrutement astucieux (avec l’ex-flanker toulonnais Gill en figure de proue), probablement la der de Michalak, et un jeune manager, Mignoni qui prend vite de la bouteille. Bref il se pourrait que le Brennus débarque un jour à Lyon avant le prochain titre de champion de l’OL !

rugby top 14 2017 2018

Parce que Paris se met à l’allemand :

Après le rocambolesque feuilleton de la fusion devenue confusion, le Stade Français est passé sous présidence germanique avec l’arrivée à sa tête du milliardaire Hans-Peter Wild. Les départs de Slimani, Lakafia, Bonneval ou Doumayrou ne semblent pas avoir été compensés, et on n’est pas loin de penser que les coéquipiers de Parisse vont devoir sortir les casques à pointe pour préserver leur place en Top 14 cette année.

Parce que Toulouse va vouloir regagner :

Le club haut-garonnais reste sur son pire exercice de ces quarante dernières années, et a connu un été aussi agité qu’une vallée du Lauragais balayée par le vent d’Autan. Changement de président, dans le staff, large rajeunissement de l’effectif, bref les toulousains veulent retrouver une nouvelle dynamique après cinq saisons sans trophée. Les voies du succès pourraient cependant rester impénétrables tant le Stade semble encore orphelin de traction avant depuis le départ de Louis Picamoles.

Parce que King Louis is back :

Eh oui le meilleur joueur français du dernier tournoi est de retour dans le Top 14, mais pas au Capitole s’en désolent les supporters toulousains ! “King Louis” est de retour à Montpellier, son club formateur, qu’il aura pour ambition de mener à son premier bouclier de Brennus. La première mission du néo-capitaine héraultais sera avant tout de refaire du français la LV1 d’un effectif qui reste à forte influence sud-africaine.

Parce que Agen en a marre de faire l’ascenseur :

L’ancienne place forte des années Ferrasse retrouve le Top 14 après un énième aller-retour en Pro D2. La tâche sera ardue pour les protégés de Philippe Sella, mais après avoir perdu ses bastions basque et catalan, l’élite française a quand même besoin de conserver un de ses repères historiques.

Parce que Bernard et Mohed n’ont pas fini de nous faire rire :

L’association de l’ex-ministre des sports et de l’homme d’affaires montpelliérain est prometteuse : pour résumer les premiers épisodes Mohed rémunère Bernard 150 000€ pour des interventions de consulting dans ses entreprises, lequel en fait le sponsor maillot des Bleus, demande à la commission d’appel de faire preuve de bienveillance à l’égard des sanctions prévues contre le club héraultais et ne dit rien sur les licenciements de six joueurs par le MHR. Bref on a hâte de suivre les prochaines aventures du duo !

Parce que le Racing va avoir un nouveau stade :

Mais non bien sûr, car à part les 500 fidèles de Colombes, ça n’intéressera personne, LOL.